Tag Archive | Musique Topologique

Premier festival de Science-Fiction virtuel après la fin du monde

Making off / 3D sound mapping

FESTI SF 01

Le 26 Mai prochain dans le cadre de Festival Geekopolis, s’ouvrira le premier Festival de Science Fiction dématérialisé, réalisé sur le Metavers Francophone libre, Francogrid.

Ce projet s’incrit comme le prolongement d’un Festival de science fiction bien réel, le « Festival de la Science Fiction et de l’imaginaire de Roanne » fondé il y a trente ans par Jo Taboulet. La réalisation virtuelle de ce festival est le fruit d’un travail collectif qui rassemble artistes, builders, concepteur son et fondus de technologie des réseaux, tous membres de la Francogrid. La présentation au public sera faite en conférence par Yann Mihn, le dimanche 26 Mai à 13H.

Côté build …

Le dispositif est monumental, une morceau de megalopole suspendu dans les airs, flottant au dessus du vide. Une représentation qui reprend un grand classique en Science-Fiction, mais à une différence près, c’est qu’ici on pourra se déplacer librement à travers toute l’architecture et en visiter tous les recoins. La couche de construction primitive qui a servi de base pour aménager tout le reste de l’expo est un build gigantesque crée par Nebadon Izumi un des grands papes d’OpenSim. Cette ville artificielle prête à poser a été littéralement déplié pour l’occasion puis reconfiguré en partie pour pouvoir aménager le reste du dispositif. Ensuite, pour la deuxième couche, celle qui va abriter le Festival à proprement parler sont venus se greffer les artistes builder 3D Yann Mihn et Cherry Manga. Yann Mihn a supervisé l’ensemble du projet et réalisé la partie « en dur » : galeries, traverses, suspensions aéroportées et bien sur la grande coupole centrale d’exposition. Il également aménagé les galeries d’exposition multimédia pour chaque artiste. Cherry Manga de son côté a marqué l’espace avec la présence poétique et surréaliste qui la caractérise : libellules géantes, rochers suspendus dans un bain éléctrique et la mystérieuse galerie souterraine, bien cachée des regards ou dorment d’étranges créatures en gestation …

FESTI SF 03

Un micro univers complet à la fois lieu de festival mais aussi d’expériences ludiques et surtout sensorielles, puisque le son et la musique vont y jouer un rôle très important pour renforcer la sensation d’immersivité des avatars.

FSTU SF 02

Mapping son 3D

Pour réaliser la partie sonore du ce premier Festival de Science Fiction dématérialisé, j’ai continué à utiliser les outils de base disponible sur OpenSim. C’est à dire des primitives et des scripts comme je l’avais fait dans mes réalisatiosn précédentes sur Second Life. Donc aucune mise en place de bridge entre le metavers et des applications externes comme  Fmod ou Wise qui sont des gestionnaires de contenu audio interactif communément utilisés dans le jeu vidéo.

Je continue de privilègier un rapport non linéaire à l’objet sonore virtuel et surtout non évènementiel et qui plus est sans aucun asservissement temporel. Je travaille par briques de base directement sur le support 3D, je ne suis jamais à « l’extérieur » de la simulation pour aménager l’espace sonore virtuel, c’est ce qui fait toute la différence et le charme de ce procédé de mapping sonore 3D que j’appelle aussi Musique Topologique.

Immersivité et perspectives

Le Festival est conçu pour être traversé de part en part. La coupole centrale est un lieu de chinage, assez similaire à ce qu’on l’on pourrait trouver en IRL avec des stands pour les auteurs et une série des galeries d’artistes attenantes. A l’éxtérieur on évolue par un dédale de passerelles en suspension qui amènent le visiteur vers les niveaux supérieurs des galeries, la galerie Brion entres autres et la passionnante modélisation 3D du tableau de Velasquez « Les ménines » crée par Yann Mihn. On peut également atteindre les niveaux inférieurs de la ville par les passerelles descendantes pour aller se perdre dans d’obscurs lacets jusqu’à la grotte …

Ce qui m’intéressait dans le contexte de ce festival cétait d’arriver à créer une fluidité de perception du sonore quasi indentique au réel. Pour y arriver j’ai travaillée en deux couches. La couche globale, celle qui entoure « le tout » – qui donne toujours la même sensation où qu’on se trouve – qui est à la fois l’air qu’on respire et la sensation de ce rêve et de son imensité, est streamé en continu par un canal spécifique, indépendant du canal des sons placés directement sur la sim. Ensuite on a la couche des sons individuels, géolocalisés, placés dans les primitives sur des axes x/y/z. Ces deux couches peuvent êtres réglées séparement par l’avatar sur son tableau de bord son.

Les sons individuels ont donné lieu a des aménagements différents selon le contexte dans lequel ils se sont inscrits. On passe ainsi d’une configuration de bruitage classique a des effets de masse sonore ou de points de vue sonores spécifiques plus ou moins abstraits. La déambulation est enrichie par le « point d’ouie » de l’avatar, sa position et la distance à laquelle il se trouve de l’objet sonore.

A certain endroits j’ai pu travailler la sensation de perspective sonore beaucoup plus en profondeur, avec la grande chute d’eau notamment. De la passerelle, on voit cette immense chute qui se trouve a une vingtaine de mètres mais en réalité les sons qui la font vivre commençent a agir au pied de l’avatar et sont disséminés jusqu’à la chute et même derrière le rideau d’eau. On a donc a cet endroit, non pas « un son » pour décrire « une chose » mais tout un petit écosystème sonore qui entretient en permanence la sensation « chute d’eau » avec ses détails et ses variables structurels. Le rapport a l’espace-son devient dynamique. J’ai pu faire le même travail avec la grotte.

FESTI SF 04

L’espace entier du festival est motif pour tendre l’oreille en permanence, de façon douce et fluide. Au final on obtient un résultat sonore digne d’une production AAA de jeu vidéo. Ce qui devrait être encourageant à l’avenir pour des simulations de type OpenSim qui veulent enrichir l’expérience de la perception virtuelle grâce à la présence du son.

Vous trouverez toutes les infos utiles pour vous rendre sur la simulation du festival à la suite de cet article. Et un grand bravo a toute l’équipe de la Francogrid.

CW

———————————————————————————————

Informations utiles

Premier festival de Science-Fiction virtuel après la fin du monde.

Festival de Science-Fiction dématérialisé hébergé par  l’Open sim de la Franco Grid.

Accessible par avatars, ce festival présente des travaux d’artistes et d’auteurs de science-fiction, ainsi que des romans et nouvelles de SF en ligne, des documentaires et entretiens avec des auteurs notoires de la science fiction francophone.

Pour accéder au festival inscrire  : festivalsf,  dans la recherche de la carte.

Ici un petit tutoriel pour accéder aux mondes persistants de la francogrid.

Le site 3D du festival est une production virtuelle contributive élaborée par les nooarchitectes et buildeurs : Yann Minh, Cherry Manga, Christine Webster, Cheops Forlife, Matthieu Walraet, Coulaut Menges, Alexandre Girardot .. ,

La chronique du festival est visible sur le forum du Noomuseum

L’ouverture du festival est prévu dans le cadre de Geekopolis  le 25 et 26 mai 2013

Site officiel du festival

Partenaires du festival

Noomuseum

Francogrid

survol de l’année 2011, Limbic, Le Silence sous l’écorce, Erazed …

Limbic

L’année 2011 aura été une année exceptionnelle. Tout d’abord avec l’exposition pendant trois mois du projet Limbic au Centre d’Art Casino Luxembourg entre le 29 janvier au 1er Mai, dans le cadre de l’exposition Away from Keyboard d’Human Atopic Space. Limbic était également présent au Festival Futur en Seine, au mois de Juin, dans l’allée réservée aux installations d’art numériques. Un moment privilégié qui m’a permis de recueillir les appréciations et les retours d’impressions autant des professionnels présents (chercheurs, directeurs artistiques, compositeurs) sur le Festival que du public. Une façon de mettre le projet et les idées qui se cachent derrière à l’épreuve du réel et ce fût un succès. Des image ont étés tournées également pendant le dernier jour de ce Festival par Véronique Landolfini. Un film est en train de se monter pour garder trace du projet qui sera terminé au cours de l’année 2012 … Pour finir Limbic et la musique Topologique sont partis se promener au mois de Juillet dans la Drôme pour une après-midi de conférence au Désert Numérique. Ensuite il a fallu faire contre mauvaise fortune bon coeur, beaucoup des artistes présents et des passionnés de mondes virtuels sur Second Life sont définitivement partis en 2011. Ce fût le cas, entres autres, de WangXiang  Tuxing qui m’a énormément aidé sur Limbic et mis à ma disposition pendant des années des bouts de terrains pour échafauder mes plans, mais qui a dû rende la location de sa sim. Même chose pour Aire Ville Spatiale qui avait vu naître l’avant projet de Limbic, « 55 sounds to the sky » mais qui n’existe plus sur SL … Bien que l’obsolescence programmée ne fasse pas partie des concepts de base d’un univers virtuel, les choses peuvent y mourir de façon définitive. Regarder mon installation disparaître sous mes yeux a été une expérience poignante – le projet venait à peine de prendre forme qu’aussitôt il semblait s’évanouir – il reste des images bien évidemment, mais ça n’est pas la même chose que ce que l’expérience Limbic proposait … c’était avant tout un lieu sonore à vivre. Heureusement d’autres projets vont suivre et de nouvelles solutions sont envisagées pour ne plus perdre en route tout le travail de création 3D.

Limbic+ Human Atopic Space

Le Silence sous l’écorce

Le début d’année  fût également une fête avec la nomination du court métrage « Le Silence sous l’écorce » de Joana Lurie produit par Lardux Films sur la short list des meilleurs films d’animation en lice aux Oscars 2011. C’est le genre de truc qui n’arrive pas tous les jours dans une vie. Je m’étais beaucoup investie sur ce film pour la création sonore et se retrouver entres des géants comme Pixar ou la Warner avec mes jolis sons, je trouvais ça juste génial.

Le Silence sous l’écorce

Erazed et Fukushima days

En 2011, j’ai participée au projet Synchronicity mis en forme par Aire Ville Spatiale sous la houlette de Marc Moana. Mais au cours du processus de mise en forme collective, j’ai butée à l’automne sur certains aspects relatifs à la possibilité de démantèlement de l’oeuvre originale proposée dans le cadre du projet sans aucune possibilité de regard ou de recadrage ce qui m’a conduite à abandonner ma participation.Tout n’est jamais perdu, puisque ce fût là l’occasion de commencer une collaboration très pointue avec le graphiste et compositeur Kantoh. Nous avons éprouvés nos deux univers d’abord sur une performance appelée Erazed et c’est ce qui nous a conduit de fil en aiguille à travailler sur un projet de film a base de musique éléctro- expé que j’avais dans mes cartons depuis un bout de temps « Tokyo Ohio » et qui est maintenant en cours de construction ainsi que d’imaginer une collaboration pour concerts a venir quand j’aurai terminé mon projet d’album « Fukushima Days » … des projets de très longue haleine, sur lesquels j’aurai le temps de revenir ultérieurement.

EraZed not Erased la vidéo

VAE SATIS …

Apothéose pour la fin d’année. Pour poursuivre mes investigations qui mettent en scène le son en 3D dans des univers virtuels, j’avais depuis longtemps l’idée de connecter tout ça en incluant l’aspect Musico-Thérapeuthique. Donc pour avoir une chance de pouvoir m’inscrire à l’école de Médecine, n’ayant aucun diplôme en poche, il me fallait faire ce qu’on appelle une Validation des Acquis d’Expérience. J’ai trouvé au SATIS d’Aubagne la branche universitaire qui délivrait le Master le plus en adéquation avec mon parcours professionnel et artistique. Après un mois de travail acharné pour finaliser le dossier en Novembre, je passe mon entretien devant le Jury le 12 décembre 2011. Un très beau moment d’échange et d’écoute. Je sors avec le Master* intégral attribué à l’unanimité du Jury. Je vais pouvoir poursuivre ma route mais aussi collaborer avec le SATIS d’Aubagne pour d’autres projets …La VAE est une démarche qui apporte beaucoup et je la conseille à tous mes confrères ingénieurs du son et compositeurs qui se posent la question au cours de leur vie. Mention spéciale donc, pour toute l’équipe du Satis, dynamique et passionnée de son.

Site du SATIS

* Master SATIS Ingenierie de la création et de la réalisation sonore pour le film, la vidéo et le multimédia.

Elementary Signals

Explorations in Sound Synthesis, Electronic Music Composition and Instrument Design

sonic(e)spaces

Experimenting sound and music in the (e) dimensions

%d blogueurs aiment cette page :